SYST??ME OP??RATIONNEL DU POINTAL ENERG??TIQUE

Les pyramides -sup??rieure et inf??rieure- (inverse) fonctionnent comme g??n??rateurs, r??cepteurs ou diffuseurs d?????nergie subtile, entre divers types d???ondes et fr??quences, sans aucune alimentation m??canique, se localisant dans tout le sommet, formant un seul axe central, sup??rieur et inf??rieur. Cependant, c???est la pyramide inf??rieure qui r??gle le dosage de lib??ration, diffusion et transmutation de ces champs subtils.

sistema-operacional-01-alta

Ce g??n??rateur est, en fait, un conducteur energ??tique qui transporte un type d?????nergie ?? di??lectrique ??. Quelques min??raux ou artefacts di??lectriques avec axes polaires semblables peuvent acqu??rir sous pression, une charge ??lectrique positive relative ?? une des extr??mit??s et n??gative ?? l???autre, ce ph??nom??ne est connu comme ?? piez??lectricit?? ??. Si une tension est appliqu??e le long de son axe polaire, la charge sera invertie en fr??quences ??lectromagn??tique ou ??lectroprotonique avec amplitude et longueur d???ondes diff??rentes. Le g??n??rateur interne du syst??me op??rationnel de la pyramide sup??rieure et inf??rieure est compos?? par des faisceaux subtils localis??s sym??triquement sur toute la structure cristalline des pyramides, d??cha??n??s par une source naturelle d?????mission : ?? mol??cules de siclicium (SiO2) formeurs du r??ticule cristallin, lesquelles sont pressionn??es par gravit?? contre la base de m??tal de l???appareil ??.
Conjunto-operacional-B-alta
Cette source provient d???un flux continu de lib??ration de sous-particules atomiques, comme les neutrinos, par exemple. ?? part d???infinissables ??nergies subtiles qui travaillent en ensemble interf??rant positivement dans notre syst??me organo??lectronique, pouvant m??me ??tre senti par le syst??me cristallin du DNA. Ces faisceaux subtiles voyagent en flux ou irradiations dans les ?? tunnels ??des structures des particules cristallines en tout l???axe du cristal de l???appareil, les flux sont produits tr??s proches des intercessions des disques des electrons et des cubes* de protons qui fac??tent la pyramide sup??rieure. Dans ces positions, les syst??mes d???ondes subtiles ou mineures qui entrent dans les tunnels, sont comprim??s et finissent en accompagnant le tour des disques d?????lectrons. Qui, par cons??quent, sont lanc??s dans l???ambiance spatiale locale, selon le principe de l???appareil, comme FLUXS.

image005-alta
Les vitesses rotationnelles des syst??mes qui participent des p??riph??ries des disques qui fac??tent la base de cristal de la pyramide sup??rieure, produisent des ondes synodiques, mat??riaux dont la vitesse est sup??rieure ?? la vitesse de la lumi??re. Ainsi, nous pouvons affirmer que les syst??mes composants des fluxs qui sont irradi??s par le g??n??rateur cristallin d??veloppent des rotations tr??s ??lev??es pendant qu???ils se propagent dans les ondes synodiques. De cette fa??on, les syst??mes int??grants de ces ondes , non seulement se propagent comme ondes ??lectromagn??tiques ?? la vitesse de la lumi??re, mais sont aussi combin??s dans ces ondes o?? ils tournent ?? une vitesse sup??rieure ?? celle de la lumi??re.

Ainsi, ce sont les disques d?????lectrons composants des cubes de protons qui tournent ?? des vitesses periph??riques bien au-dessus de 300.000 k/s qui proportionnent cette vitesse aux ondes synodiques ??lectromagn??tiques qui transmutent divers types de fr??quences, lesquelles peuvent interf??rer dans tout le bio-champ des ??tres, d??sactivant de cette fa??on les charges parasitaires d???origine photonique ??lectromagn??tiques ou g??opathog??niques et interagissant avec la conscience en l???activant profond??ment.

La pyramide inf??rieure (inverse) est le doseur de cette ??nergie ??lectromagn??tique et ??lectroprotonique, comme d??j?? dit.
L???ensemble r??cepteur, doseur et dissipateur, a comme objectif maintenir tout le syst??me de transmutation fr??quencielle d??crite ci-dessus, stable et en ??quilibre. Telle transmutation d?????nergies harmonieuses et subtiles seront alors lib??r??es rythmiquement par la pyramide inf??rieure qui est invertie, en dosant en formes de champ de sous-particules atomiques, les ondes provenant des tunnels des sommets cristallins qui sont dans les axes mol??culaires cristallins, lequels furent ant??rieurement process??s par le cristal majeur de la pyramide sup??rieure. Telle lib??ration interagira avec l???appareil en atteignant les symboles radioniques et en dirigeant ce champ subtil vers la bobine (Labyrinthe de Chartres) ??tant alors philtr??e par le Scap et dissip??e par l???actuel momentum physique ou extraphysique.

Le syst??me est donc totalement al??atoire ?? des limites ou param??tres tels que : dimension, temps, espace et masse, car, m??me les neutrinos, soit ??lectrons ou muons, qui sont les sous-particules ou ondes lib??r??es par le Pointal, peuvent voyager ?? des distances incalculables dans les divers ?? univers ??et si nous consid??rons qu???ils entrent dans un micro-trou blanc ou noir, nous ne saurons jamais en quelle dimension ils seront, et encore moins, en quel genre de masse ils perm??abiliseront.

L???ensemble g??n??rateur/doseur est auto rechargeable et recevra par lui-m??me, de fa??on continue, instantan??e et pour un temps ind??termin??, son auto-g??n??ration d?????nergie.Je crois qu???il peut se recharger pendant des millions d???ann??es de n???importe quelle ??nergie qui est lib??r??e en forme de fluxs synodiques, mais, d??pendant du commandement mental imprim?? dans le syst??me., il pourra aussi cesser, ou ?? congeler ??telle g??n??ration d?????nergie subtile, puisque l???appareil fonctionne exclusivement avec le champ de fr??quence mentale de son propri??taire, install?? lors de sa connexion ou activation.

La transf??rence d?????nergie (fr??quence) d???une pyramide ?? l???autre, arrive ?? la surface de contact de l???une avec l???autre, mais elle est impulsionn??e par la pyramide sup??rieure qui, comme elle est attir??e gravitationnellement vers la base de m??tal, a une lib??ration neutrinique plus forte. Ce qui ressemble curieusement ?? la structure mol??culaire basique des silicates dans la sous-division d??nomm??e ?? ciclossilicates ??. Nous verrons ce point plus loin.

REGISTRO GEOM??TRICO, CRISTALOGR??FICO E AT??MICO DAS PIR??MIDES DE CRISTALCRISTALOGRAPHIQUE ET ATOMIQUE DES PYRAMIDES DE CRISTAL

image007-1

Cristaux Liquides du DNA –
http://micro.magnet.fsu.edu/micro/gallery/dna/dna.html
sistema_5_smallUn min??ral est un corps naturel, homog??ne, la plupart des fois inorganique et solide.
Cependant, les cristaux obtenus par l???homme ?? partir de l?????vaporation de solutions, de la sublimation d???un gaz ou moyennant la solidification de la mati??re fondue, ne sont pas proprement dit ?? min??raux ??et si ?? artefacts ??, donc continuent homog??nes, car les particules constituants (ions, atomes, mol??cules) se r??p??tent dans le m??me ordre et ?? intervalles r??guliers dans la structure cristalline, ??galement solides, dans la mesure o?? ils ont leur propre volume et dimension ; et leurs sistema_6_smallparticules constituantes se retrouvent unies par une grande force de coh??sion. Telles particules peuvent ??tre dispos??es en ordre parfait, produisant, dans ce cas, les cristaux.
L???image ci-dessus est un exemple d???une structure cristalline du Chlorate de sodium.

Le cristal de l???appareil Pointal Energ??tique est donc un artefact dont l???arrangement r??gulier des mol??cules formul??es du r??ticule cristallin forme des corps sym??triques et les ??l??ments sont des faces, ar??tes et versants physiquement ??quivalents. Il peut ??tre divis?? par un ?? plan spectaculaire ??, d??nomm?? ?? plan de sym??trie ??. ?? l?????tat solide, un cristal est un arrangement tridimensionnel de particules selon un padron d??fini de r??p??tition. Ces particules (atomes, mol??cules ou ions) occupent les versants de minuscules parall??l??pip??des qui, juxtapos??s en rang et en colonne forment le nomm?? ?? r??ticule spatial ??. Les particules dans les versants des parall??l??pip??des ou ?? cellules unitaires ?? sont des ?? noeuds ??, points d???entrelacement de la structure.
Une s??rie de noeuds dispos??s dans la m??me direction forme un ?? rang ??et plusieurs rangs dans la m??me direction d??finient un ?? plan reticulaire ??.

sistema_7_small sistema_8_small

Structure r??ticulaire des particules du cristal

Il existe 14 types de cellules ??l??mentaires, aussi nomm??es r??ticules spatiaux, superpos??es ou relationn??es entre elles de fa??on ?? couvrir tous les combin??s possibles de points dans l???espace..

image017
Le syst??me et la classe de cristalisation identifient le cristal avec le maximum de pr??cision. La ?? forme ?? est le groupe de faces physiquement ??quivalentes, mutuellement li??es par des ??l??ments sym??triques. Dans un cristal, il peut y avoir beaucoup de formes.

Dessin des formes des cristaux :

La classe ?? laquelle appartiennent les pyramides de cristal du Pointal Energ??tique est celle des Silicates.

image019
Tout silicate contient du silicium (si), un ??l??ment tetravalent. L???analyse structurelle montre que le ion du silicium(Si4+) est toujours au centre d???un tetra??dre dont les versants sont occup??s par quatre ions d???oxig??ne (O2-). On forme de cette fa??on le silicate ( SiO4)4- , structure basique des silicates et par cons??quent, des cristaux de l???appareil, et dans le cas de la structure mol??culaire de l???artefact, nous avons que la classe ou la sous-division ?? laquelle appartiennent les cristaux du Pointal sont celles des ciclossilicates, o?? trois, quatre ou six (le plus habituel de tous) se r??unissent en formant des anneaux, tr??s semblables ?? une ??toile de six pointes.

Ciclossilicates

En ??tudiant les formes de cristaux, il est tr??s important de d??finir le syst??me d???axes du cristal et la position des faces. C???est-??-dire, fait par le choix de trois axes de ref??rence qui s???accorde avec le cristal et de trois de ses ar??tes non situ??es dans le m??me plan, donc, une analyse tridimensionnelle. Les lignes parall??les aux ar??tes qui se croisent ?? un point ?? l???int??rieur du cristal, forment les ?? axes cristalographiques ??qui, dans l???ensemble, forment le ?? syst??me des axes ??. L???axe tourn?? vers l???observateur est l???axe ?? x ??, l???axe horizontal, parall??le ?? l???observateur est ?? y ??, l???axe vertical est ?? z ??. Les directions positives de chaque axe sont les suivantes :

Pour x, du centre d???origine en direction ?? l???observateur ;
Pour y, du centre d???origine en direction ?? la droite de l???observateur ;
Pour z, du centre d???origine en direction ascendente.
image021
Syst??mes de l???axe des Cristaux

Les directions positives de chaque axe forment des angles d??finis de la mani??re suivante :

Alfa = y.z Beta = x.z Gama = x.y

Dans le cas le plus simple, Alfa = Beta=Gama=90?? Alfa, Beta et Gama sont d??nomm??s ?? constantes angulaires ??du cristal.

image026-alta

Une ??tude connue sous le nom de loi de Hauy, pr??conise que les indices des faces d???un cristal sont repr??sent??s par des num??ros racionaux et curieusement bas. Hauy est arriv?? ?? cette formulation en se basant sur sa propre conception de la structure cristalline, vue comme r??p??tition p??riodique et tridimensionnelle du plus petit solide existant. Toutes les sistema_13observations exp??rimentales confirment sa th??orie. Il est vrai que, dans l???actualit??, personne ne se r??f??re ?? ces solides comme composantes d???un cristal, mais des atomes, ions et mol??cules. Cependant, la distribution spatiale de ces particules imagin??e par Hauy est exacte.

Maintenant, voyons comment sont dispos??s les cristaux du diamant :
sistema_13_smallPensez ?? la ressemblance des Ufos triangulaires avec la proposition de l?????quation de la conception de la structure cristalline faite par Hauy !

Les Cristaux poss??dent des sym??tries variables, quelques uns ont : Un plan de reflexion, un axe binaire et l???axe de sym??trie, d???autres pr??sentent aussi le m??me axe de sym??trie, mais il peuvent arriver ?? avoir : neuf plans de reflexion, quatre axes ternaires, trois axes quaternaires et six axes binaires ! Cela donne une ??quation extr??mement complexe en ses sym??tries.

sistema_15_smallIl existe 32 formations possibles des ??l??ments de sym??trie. Telles formations d??terminent les diverses classes cristallines, elles expressent la sym??trie possible de n???importe quel cristal. C???est le degr?? de sym??trie qui d??termine et indique la somme des divers ??l??ments comme : plans, axes e centre, typiques de chaque classe, o?? les constantes cristalographiques de chaque classe fournissent la base de son ?? GROUPEMENT EN SYSTEMES ?? ;

( Je demande une attention sp??ciale pour ce terme GROUPEMENT car il aura une profonde liaison avec les ??tudes des Hyades, que nous analiserons ?? la fin de cette ??tude).
Chaque syst??me inclut les classes qui ont le m??me syst??me d???axes et la m??me raison Param??trique. En chaque classe, les formes du cristal sont indiqu??es par la position de l???indice entre parenth??ses, o??, les indices de face fondamentale sont la raison entre ses param??tres ; donc, ses indices seront (111). On conclut alors qu???elle est indiqu??e par la formule et la face fondamentale, par (111).

Alors, selon la raison param??trique de la face fondamentale, il existe sept syst??mes qui se groupent, ?? leur tour, en trois groupes, qui sont :

1-) ISOM??TRIQUES ??? Compos??s exclusivement par le syst??me cubique (homonime), avec une face fondamentale qui d??termine trois param??tres ??gaux dans les axes sistema_16_smallcristalographiques.

2-) DIM??TRIQUES ??? Form??s par les syst??mes hexagonal, trigonal et tetragonal, o?? la face fondamentale produit deux valeurs diff??rentes dans les axes cristalographiques.

3-) TRIGONAL ??? QUI EST LE SYST??ME DE L???APPAREIL POINTAL ENERG??TIQUE EN SA SYM??TRIE CRISTALLINE – Form?? par les syst??mes ORTORROMBIQUES (FORMAT DE L???ENSEMBLE CRISTALLIN DU POINTAL ??NERGETIQUE), Monoclinique et triclinique, dans lesquels la face fondamentale produit trois valeurs diff??rentes dans les axes cristalographiques.
Encadrement du Pointal Energ??tique dans le Cadre de Syst??me Cristallin :

Les faces des cristaux du Pointal Energ??tique sont donc : trim??triques, form??s par les syst??mes Ortorrombiques, dans lesquels la face fondamentale produit trois valeurs diff??rentes dans les axes cristalographiques.
image032
Face : Trim??triques

sistema_18Forme du syst??me cristallin : BipyramideRombique (hkl)

Syst??me : Ortorrombique.

Constantes cristalographiques : ? 90?? ( a : b : c )

sistema_20_smallNum??ro de classe : 3

Classe plus sym??trique : bipyramidale rombique, 3P, 3A2, C

Type : A2

SYST??ME TRIM??TRIQUE DU POINTAL

Autre ressemblance tr??s interessante, un type de UFO bipyramidal rombique ?

?? ce que tout indique, les extraterrestres dominent, d???une fa??on quelconque, une tr??s haute connaissance de structures cristallines et probablement, c???est cette connaissance qui leur permet leur transport ou leur propre d??veloppement technologique !

Pelliculaire :- Comme les fr??quences subtiles process??es par l???appareil sont tr??s ??lev??es, il n???y a pas de fa??on de les transporter par conducteur. Ces fr??quences se propagent sous forme de ?? ondes ??en toutes les directions de fa??on ?? former des cercles concentriques et sym??triques autour de tout le Pointal.

Cela pr??suppose que telle est la forme avec laquelle la pyramide sup??rieure synth??tise les ondes subtiles en captant, neutralisant ou transmutant des particules fr??quencielles ?? travers des fluxs synodiques d?????nergie subtile sous le ?? Principe Pelliculaire ?? ; ??tant donn?? que le doseur aussi op??re sur le m??me principe. Les niveaux de microvoltage, th??oriquement, sont dans l???ordre de ?? m.v ??- de fa??on ?? ce que le facteur d???imp??dance soit ??galement tr??s bas entre les pyramides, afin que les fr??quences process??es puissent ??tre ??lev??es ( MHz) ou ( GHz).
De la m??me fa??on, le facteur d???amortissement (damping factor) exige peu de tension pour rendre l???appareil op??rationnel dans la transmutation de fr??quences en forme d???ondes oscillatoires.

SISTEMAO-alta

En revenant au dessin du format des pyramides, nous notons qu???elles sont align??es sur un m??me axe. Cette condition se fait au del?? de celles d??j?? expliqu??es ci-dessus, car elle apporte aussi quelques fonctions importantes, telles que :

a) a) Maintenir l???ensemble entier align?? sur un axe ZENIT-NADIR, qui maintient l???ensemble g??om??triquement sym??trique, fonctionnant comme conducteur pour l???autre aire de l???appareil, la base m??tallique.
b) b) L???axe ou axis est relationn?? ?? l???alignement vectoriel ??? plan??te/espace c??leste.
Rappelant que la ligne de l?????quateur c??lestiale est positionn??e ?? 0?? par rapport au soleil, ou soit, la Terre maintient une orbite ferm??e avec cette ligne qui est positionn??e au centre du soleil. D???autres plan??tes ont leurs orbites inclin??es angulairement par rapport ?? l?????quateur celestial. Sur cette ligne des plan??tes, sont les faces des ??llipses de leurs orbites.
Aussit??t en dessous du vertant de la pyramide inf??rieure, il y a le labyrinthe qui co??ncide exactement avec le m??me axe de l???ensemble pyramidal. Le labyrinthe agit comme une bobine inductrice, avec un facteur d???inductance tr??s bas, il re??oit les d??charges continues et intermitentes des ondes lib??r??es par le doseur ( pyramide inverse), qui proviennent du g??n??rateur, situ?? bien au centre de ses noyaux mol??culaires. Cette ??mission de fr??quence peut arriver par un syst??me die??lectrique de tr??s haute vitesse en son axe subtil, d??j?? d??crit ci-dessus.

LABYRINTHE DE CHARTRES – LA BOBINE DE L???APPAREIL

sistema_22_smallLa bobine ( Labyrinthe de Chartres), a comme fonction collecter le flux d?????nergies qui ??ventuellement puissent charger des fr??quences ??lectromagn??tiques ou m??me ??lectroprotoniques, provoquant une coupure harmonique ??lectromagn??tique.
Telles ondes ??lectromagn??tiques pourraient imprimer des ?? charges parasitaires ?? au corps au cas o?? elles ne seraient pas d??ment trait??es ?? travers l???appareil ( nous verrons cela plus loin), ce qui cr??e un champ isol?? de gravit?? ou anti gravit??, ??tant donn?? que l???appareil Pointal Energ??tique utilise une transf??rence de fr??quence pour d??placer la fr??quence entre le versant de la pyramide mineure et le noyau de la bobine ( je commenterai cela plus loin), sous la condition dielectrique ou subtile. On doit prendre en consid??ration l???action des neutrinos dans ce proc??d??, sp??cialement le neutrino muon qui est justement la sous-particule lib??r??e par l???appareil Pointal Energ??tique.

A PROPOS DES NEUTRINOS:
sistema_23_smallParticules de Neutrinos en expansion.
Le Neutrino est d??crit comme une particule sans masse et sans charge ??lectrique, si infiniment petites sont ses valeurs.
Son interaction avec la mati??re se fait ?? travers la plus faible ou d??bile force basique de la nature et son interaction est ??ventuelle.
Les neutrinos appartiennent ?? la famille des LEPTONS, ?? laquelle appartiennent ausi le MUON et le si connu ELECTRON.
Le PROTON et le NEUTRON appartiennent ?? une autre famille de particules compos??es form??es par des QUARKS. Les quarks sont assujettis aux cinq forces fondamentales connues jusqu????? pr??sent :

a-) Force Gravitationnelle
b-) Force Nucl??aire Forte
c-) Force Electromagn??tique
d-) Force Nucl??aire faible
e-) Force Electroprotonique*

Force Gravitationnelle : C???est la plus fondamentale des forces, son action d??pend des masses des particules ; plus grande est la masse, plus intense est la force.
Ex. : GRAVITONS ??? particules qui transmettent la force entre les plan??tes, ??toiles et galaxies.

Force Nucl??aire Forte : La seconde ?? apparaitre dans l?????volution de l???Univers, elle lie les quarks aux protons. Elle n???agit pas sur les electrons et leur famille.
Ex : GLUONS ??? particules qui transmettent la force entre les ELECTRONS et le NOYAU ATOMIQUE.

Force Electromagn??tique : Elle n???appara??t que dans les particules qui ont une charge ??lectrique. Elle n???existe pas dans des corpuscules comme le NEUTRON. C???est la troisi??me force ?? se diff??rencier dans l???histoire de l???Univers.
Ex : PHOTONS ??? particules qui transmettent la force entre les ELECTRONS et le NOYAU ATOMIQUE.

Force Nucl??aire Faible : C???est la responsable de la desint??gration de quelques particules, elle fonctionne aussi bien pour la famille des QUARKS que pour celle des ELECTRONS.
Ex : BOSONS ??? particules qui transmettent la force entre les NEUTRONS et les POTONS dans le NOYAU ATOMIQUE.

Force Electroprotonique : La th??se de la force ELECTROPROTONIQUE est d??fendue par le chercheur br??silien, Jos?? Franco Carvalho.
Dans sa th??se, Jos?? Franco d??fend que telles ondes synodiques ELECTROPROTONIQUES sont produites par les syst??mes de tunnels mat??riels par o?? passent les particules de PROTONS et ELECTRONS.

LEPTONS : Entre lesquels les neutrinos ne sont pas affect??s par la force forte. L???interaction entre les forces : ?? forte ??et ?? ??lectromagn??tique ?? rendent propices un m??canisme pour la transformation de QUARKS en LEPTONS.
La terre tourne au milieu d???un nuage dense de neutrinos dans lequel il existe en moyenne ?? N ?? neutrinos par cm3. Cela en quelconque et tous les volumes de l???Univers, cependant, malgr?? le fait d???exister en si grande quantit??, les neutrinos ne sont pas permanents et leur existence est ??ph??m??re. Les particules se forment et disparaissent dans l???Univers tout le temps. Donc, les neutrinos sont des sous-particules atomiques desquelles les types connus sont :

1-) NEUTRINOS ELECTRONS

Les neutrinos ??lectrons appartiennent aux neutrinos, cr????s par le soleil et par toutes les ??toiles qui existent dans l???Univers, plus grande ou moins grandes que lui, ces particules remplissent tous les espaces de l???Univers et, donc, sont partout.
Les neutrinos poss??dent une masse presque ??gale ?? z??ro. ?? presque ?? parce que, actuellement, les scientifiques atomiques attribuent au neutrino quelque masse, telle atribution est due ?? la constatation de cons??quences d???actuation de m??canismes interactifs qui agissent sur les neutrinos et autres particules de l???Univers, sous son action, non seulement les neutrinos comme les autres particules finissent par se transmuter en sous particules enti??rement diff??rentes des originales. Donc, elles sont plus difficiles ?? rencontrer, m??me par l???actualit?? scientifique.
Tel proc??d?? est tr??s co??teux et seulement les gouvernements peuvent couvrir la recherche. Tel proc??d?? de tentative de les capturer pour analyse en instruments, exige la construction de grands r??servoirs sous-terrains contenant des tonnes d???eau tr??s pure m??lang??es avec une quantit?? relative d???atome de chlore, qui sont appel??s chambres de bulles ou chambres de Wilson. Succinctement, l?????tude analyse, ?? travers ces innombrables senseurs extr??mement sensibles, quand une particule de neutrino electron ou de TAO transpasse par l???eau du r??servoir. Le r??sultat de ce voyage neutrinique par l???eau, tr??s probablement, sera de vitale importance pour une meilleure compr??hension de l???Univers et son interaction avec notre ambiance c??lulaire.

2-) NEUTRINOS MUON : Les neutrinos muon poss??dent des caract??ristiques intimement li??es ?? l???existence des CRISTAUX et ?? la vie organique. En fait, ils poss??dent des caract??ristiques semblables ?? celles des NEUTRINOS ELECTRONS, mais d?? ?? l???inversion de la phase et la pr??sence de masse plus consistente, ces neutrinos peuvent ??tre capt??s avec beaucoup plus de masse et facilit??, y inclus par des syst??mes ??lectroniques incorpor??s ?? des ordinateurs.

Au niveau subtil, le Pointal Energ??tique capte, transmute et dissipe ces particules neutriniques en un proc??d?? semblable ?? la transmutation de QUARKS en LEPTONS. Comme les Neutrinos ont des caract??ristiques ?? organiques ??, ils sont ??galement produits dans les organismes par ?? compression des membranes ioniques ??qui, dans le cas, agissent ?? la ressemblance de CRISTAUX piez??lectriques, c.a.d. qu???une fois comprim??s, ils produisent comme r??action ?? la stimulation m??canique, lib??rant alors les NEUTRINOS MUONS. L???orgasme, par exemple, est un des plus grands producteurs de neutrinos muon de tous les organismes, d?? ?? la grande quantit?? de compressions ioniques provoqu??es par contractions et distensions spasmiques des membranes ioniques qui adviennent de l?????venement orgastique.
Les neutrinos muon ont un r??le ?? protecteur ??des organismes vivants, en ??vitant le d??veloppement de ?? SPINS ISOTOPIQUES DE SYM??TRIE LOCALE ??? S.I.S.L. ?? CAUS??S PAR LES PHOTONS ??? TH??ORIE DE Yang ??? Mills.
L???origine de tout le proc??d?? d??g??n??ratif install?? dans un organisme advient du d??voppement de CHARGES PARASITAIRES, provenant do S.I.S.L.
Le corps humain est envelopp?? par un champ sp??cial constitu?? par des particules sous-atomiques d??nomm??es NEUTRINOS du type MUON, produites dans les membranes ioniques, surtout dans le p??ritoine, tr??s riche en potasse, dont l???importance de l?????v??nement orgastique qui est le plus constant possible ?? l?????tre humain.

Quand les PHOTONS ou ONDES transpassent le champ neutrinique et atteignent une structure atomique, il appara??t alors le ?? spin isotopique de sym??trie locale ?? qui donne naissance ?? une ?? charge parasitaire ??.
ONDES DE SPECTRO ELECTROMAGN??TIQUES
Spectro Electromagn??tique

C???est l???intervalle entier des diff??rents types de radiation ??lectromagn??tique, ou ondes ??lectromagn??tiques.
Le spectro ??lectromagn??tique comprend un ample intervalle de longueur d???ondes et fr??quences, allant des ondes tr??s longues et par cons??quent basses fr??quences ??? ondes radio- en passant par les ondes infra-rouges et ondes de lumi??re visible jusqu????? des fr??quences tr??s hautes (ce qui correspond ?? la longueur d???ondes courtes ou simplement, ondes courtes) des rayons gama et rayons X..
Les longueurs d???ondes dans l???intervalle de lumi??re visible ont une couleur sp??cifique associ??e ?? chacune d???elles quand elles passent par un prisme. Les fr??quences plus basses, les longueurs d???ondes plus longues, produisent la couleur rouge tandis que les fr??quences plus hautes, les longueurs d???ondes plus courtes, produisent la couleur violette. Les longueurs d???ondes qui tombent quelque part entre deux points, produisent les couleurs orange, jaune, vert et bleu qui sont aussi rencontr??es dans la r??gion du visible des spectro ??lectromagn??tiques.

A-) ONDES DE RADIATIONS IONISANTES
B-) ONDES DE RADIATIONS NON IONISANTES
raios
L???ensemble de toutes les fr??quences possibles est d??nomm?? ?? spectro Electromagn??tique ??, ??tant normalement divis?? en deux r??gions principales : Ondes de Radiations Non Ionisantes (ORNIs) et Ondes de Radiations Ionisantes (ORI).

A-) Les ORI sont constitu??es de photons avec l?????nergie suffisante pour produire des ions sur leur passage par la mati??re, soit, capables de ?? arracher ?? des ??lectrons muon (neutrinos) d???atomes et mol??cules des cellules. Par rapport ?? la mati??re biologique qui forme le corps humain, ces radiations ??lectromagn??tiques avec fr??quence plus haute et longueur d???onde plus courte (f>2,4×1015 Hz) ont de l?????nergie suffisante pour provoquer la ionisation et une cons??quente charge parasitaire s???installera tr??s propablement sous forme d???une maladie auto-immune, car l???organisme se pr??pare pour ataquer un envahisseur ?? virtuel ??, puisqu???il n???existe pas r??ellement (mat??riellement). Ce qui ?? arrache ??les ??lectrons muons (neutrinos) des atomes et mol??cules des cellules, sont des ondes et non des virus ou bact??ries, tel proc??d?? auto-immune peut mener ?? divers types de cancer, sp??cialement la leuc??mie.

B-) Les ORNIs, au contraire des ORI, n???ont pas l?????nergie suffisante pour d??placer des ??lectrons muons (neutrinos) des atomes et mol??cules des cellules et ne forment pas d???ions, cependant, en fonction de cette moindre ??nergie, ces ??lectrons vibrent en divers degr??s et d??pendant de la fr??quence qu???ils utilisent, ils peuvent causer l?????chauffement cellulaire avec la cons??quente perte de potasse de la c??llule qui entre en confusion m??tabolique. Entre les effets d??j?? constat??s des ORNIs, sont : le cancer, les mutations g??n??tiques, la chute immunologique, l???irritation du syst??me nerveux, la d??pression, etc.
Donc, il y a divers effets biologiques des ORNIs.
De cette fa??on, il existe alors deux risques clairs pour la sant?? provenant des Ondes de Radiations fr??quentielles :

1-) INDUCTION DE COURANT : Inducton de courant ?? l???int??rieur du corps par basse fr??quence (plus basse que 100 KHz) = ??lectrons d??plac??s.

2-) ABSORPTION D?????NERGIE : La cons??quente ??l??vation de temp??rature par la densit?? du courant induit ??? haute fr??quence, sup??rieure ?? 100 m/A/m2 ??? provoque des r??actions adverses dans les muscles et nerfs, avec la cons??quente augmentation de temp??rature de l???ordre de 1?? ?? 2??, donc, un ??tat f??brile intermittent, rappelant que l?????tat f??brile est une r??ponse de la cellule, donc, en augmentant la temp??rature cellulaire d???une fa??on g??n??rale, il acc??l??re le m??tabolisme ??? ce qui est appel?? : ?? induction de disfonctions m??taboliques quantitatives ??.
Tel ??tat f??brile, o?? les cellules s?????chauffent, arrive quand l?????nergie ??lectromagn??tique sp??cifique, absorb??e par seconde, d??passe 4 W/kg pendant pr??s de 30 minutes, alt??rant l?????quilibre isotermique intrac??llulaire en g??n??rant ?? l???endroit o?? il se rencontre, la d??ficience m??tabolique relationn??e avec le mauvais processus par erreur de temp??rature.
Un appareil de t??l??phone portable, par exemple, cr??e une fr??quence tr??s haute, th??oriquement ??chauffant quelques cellules neuronales, la propre batterie r??chauffe l???oreille en produisant cet ??tat. Le corps humain a des m??caminsmes de termo-r??gulateurs puisque en ??tat normal de sant?? , il irradie de 1 ?? 2W / kg, cependant, avec l?????chauffement induit par les ondes de ORNIs o?? il y aurait une augmentation locale de temp??rature, elle est rapidement redistribu??e ?? travers le courant sanguin ; pour cette raison, les parties du corps avec peu d???irrigation sanguine sont extr??mement sensibles, comme les yeux par exemple, aux effets nocifs des Ondes de Radiation Non Ionisantes.

Ci-dessous, le graphique avec les limites maximum de radiation ??lectromagn??tique recommand??e, diffus?? par Anatel, sur le degr?? d???interf??rence et la tol??rance maximum d???exposition des t??l??phones portables et microondes en g??n??ral :
GEOMETR7-alta
Donc, les ORI et ORNIs s???installent comme charges parasitaires, en d??truisant le champ neutrinique du corps ou menant la cellule ?? erreur d???assimilation de nutriments.

L???apparition de charges parasitaires fait d??grader rapidement l?????tat pathologique, car ?? mesure que les neutrinos sont consum??s, le syst??me immunologique interpr??te les charges (ondes d???harmonieux ??lectromagn??tiques externes) avec des macro-mol??cules anormales produisant des anti-corps, donnant lieu au d??veloppement d???une maladie auto-immune.
L???appareil Pointal Energ??tique agit comme emisseur neutrinique naturel qui r??pand rythmiquement de significatifs champs neutriniques, aussi bien par la forme que par la compression de masse cristalline, rempla??ant de certaine fa??on la necessit?? neutrinique instantan??e qui peut ??tre attaqu??e par quelque type d???harmonique de haute ou basse fr??quence, en diminuant sensiblement et m??me en emp??chant, en quelques cas, que des ondes cosmiques ??? particules photoniques, microondes ou ??lectromagn??tiques ??? traversent le biochamp du corps et l?? s???installent, cr??ant une charge parasitaire atteignant fatalement le syst??me ??lectronique cellulaire. Ce qui pr??voit un ??tat quantique am??lior?? de sant?? physique, mentale et spirituelle.

LE SYST??ME SCAP

sistema_26_small

O SCAP ?? um filtro supressor, inibidor ou bloqueador de energias negativas ou tel??ricas. Sua localiza????o no aparelho Pontal Energ??tico est?? na base da superf??cie inferior de apoio de todo o conjunto.

Le SCAP est un philtre inhibiteur qui peut supprimer et bloquer des ??nergies n??gatives ou t??lluriques.
Sa localisation dans l???appareil Pointal Energ??tique est dans la base de la suface inf??rieure de l???appui de tout l???ensemble.

On peut certainement d??duire que le centre du triangle mineur co??ncide avec le centre du labyrinthe, donc, nous avons de nouveau un ??l??ment en plus align?? ?? l???ensemble de l???appareil..
Le SCAP fut invent?? par Andr?? Philippe ??? chercheur fran??ais ??? sur la radiesth??sie radionique. Son intention est de neutraliser les ondes ??lectromagn??tiques n??gatives ou nocives, les ondes g??opathog??niques, les ondes de formes n??gatives, etc.

Ce dispositif est un philtre qui vise neutraliser certaines fr??quences n??gatives qui puissent ??tre capt??es et transmut??es dans l???ambiance ou dans l?????tre par l???appareil.

L???attirance d???ondes pour transmutation subtile est localis??e au centre do triangle mineur, les points de conduction de l???onde captur??e sont dans les tangences des triangles. Les champs ( 3 au total) sont des chambres de r??tention d???ondes, les extr??mit??s du triangle majeur poss??dent en leurs versants, des dessins qui rappellent une Croix Ansate (ANK), en vrai, ils bloquent la sortie d???ondes, comme des philtres de r??tention qui ferment ou ouvrent sur le principe fondamental Ap. (Delta P = (Delta), le diff??rentiel de pression de flux.

Dans les champs (3 au total), il y a des symboles, des lettres de l???alphabet h??bra??que ancien, ces symboles interagissent les uns avec les autres, y compris avec les autres symboles de l???appareil, amplifiant ??norm??ment le champ fr??quenciel subtil du Pointal. Quand fr??quencialis??es dans les ?? x ??Hz mentaux, les ondes mentales peuvent les atteindre en cr??ant un champ de ressonance, dont le champ est captur?? et transmis ?? l???axe de la bobine.
Le m??canisme du SCAP poss??de un syst??me de neutralisation des effets d???ondes nocives ORNIs et ORIs captur??es par l???ordre de l???esprit sur la bobine ( Labyrinthe de Chartres) et remod??l??es, inverties ou d??truites par les cristaux de l???appareil de la personne et dissip??es dans l???ambiance, donc, quand se fait le transfert de ces ondes pour qu???elles soient transmut??es en accord avec l???ajustement de l???usager, il se fait une remod??lation energ??tique de ces ondes n??gatives ou telluriques, non seulement de l???onde mais aussi dans l???effet de charge captur??e par l???emisseur, soit une personne, soit un harmonique de telle fr??quence et ensuite, la nouvelle onde reconstitu??e par le Pointal Energ??tique oscillera pure et libre de nouveau.

BASE DU POINTAL ENERG??TIQUE
Parce que la base est fondue en bronze ou laiton (deux ligues r??sultantes de combinaisons m??talliques), dont la titulation est basse, nous avons la composition chimique suivante :
Cuivre Cu 80% – Longueur d???onde 324,8nm = couleur Verte

??tain Sn 5% – Longueur d???onde 217nm = couleur Bleu tr??s fonc??

Zinc Zn 15% – Longueur d???onde 231,9nm = couleur bleu cobalt

Note : T??tre d???un m??tal : Le pourcentage pr??dominant quand en ligue avec d???autres m??taux, donc, ce qui diff??re le bronze du laiton, c???est la quantit?? d???un m??tal ou l???autre en plus grande ou plus petite quantit?? avec les respectifs pourcentages ; les valeurs ci-dessus sont la formule du m??tal de l???appareil du Pointal Energ??tique.

GRAVURES DANS LA BASE DE M??TAL

Les gravures de glyphes, symboles, alphabets, ainsi que de dessins qui ont une relation avec l???astronomie.
Les gravures sont des cl??s d???action et activation. Th??oriquement, l???appareil Pointal Energ??tique peut accomplir plusieurs fonctions, quelques-unes sp??cifiques, d???autres accord??es.
Ces cl??s suppos??es permettent, avec la connaisance de ses fonctions et de son activation, de connecter l???appareil inter dimensionnellement. C???est-??-dire, l???appareil peut se connecter ?? un sh??ma multitulaire de processus mental, recouvrant les consciences cosmiques sup??rieures, ou consciences plan??taires en divers quadrants de l???Univers et m??me des consciences de notre dimension, como pr??conise le principe herm??neutique, le mentalisme : L ???UNIVERS EST MENTAL.

Pour cette raison, les activations extras de l???appareil peuvent se faire en activant des cl??s mentales d???un m??me ensemble ou peut-??tre 2 ou 3 ou des milliers en m??me temps ou actionner d???autres cl??s qui correspondent ?? un autre bloc d???informations, pouvant ??tre aussi harmoniques, ?? travers le son, les notes musicales, les fr??quences d???ar??mes ou encore des fr??quences de mati??re.
Ainsi, l???appareil peut op??rer en forme simultan??e sur plusieurs situations diff??rentes comme : ??l??vation de niveau de conscience, modification de structure de mati??re (DNA, puisque le propre DNA est de structure cristalline), rectification d???ondes nocives, etc. Et simultan??ment en plusieurs niveaux de champs interdimensionaux, bien au-del?? de notre actuelle compr??hension de temps, espace ou masse.
La raison pour laquelle les symboles viennent de diff??rentes cultures, ainsi que les alphabets, glyphes, id??ogrammes, a sa correspondance avec les diverses intelligences extraterrestres qui op??raient, op??rent ou peuvent venir ?? op??rer en diff??rents quadrants des Univers Galactiques, intergalactiques ou des ??ters, y compris naturellement la plan??te Terre. Chaque courant de conscience inter ou extra plan??taire a influenc??, influence ou peut influencer dans le futur, notre ici et ?? pr??sent, notre conscience cognitive physique ?? mat??rielle ??ou psychique ?? mentale ??, ainsi que tout le champ de processus de pens??es, syst??mes d???alphabets, culture, astronomie, science, biologie, math??matique, g??n??tique, etc. ??? nous n???avons jamais ??t?? seuls dans l???Univers !
Donc, en acc??dant au champ de fr??quence de ce que l???on d??sire du Pointal Energ??tique, avec les recours choisis et utilisant exclusivement l???esprit, quelques cl??s peuvent ??tre actionn??es, qui activeront, sur un concept de multiplicit?? de ces cultures et ??tres, toute une connaissance qui possiblement interagira dans le syst??me de temps lin??aire et de temps vertical du champ harmonique de l?????tre et de l???ambiance dans le pr??sent, ainsi que dans les syst??mes conscients et sous-conscients de la race humaine, directement coordonn??s aux arch??typiques verbaux et non verbaux. Tel proc??d??, si bien orient??, pourra activer quelques g??nes du DNA, en ??levant le niveau de conscience personnelle et tr??s probablement, plan??taire.
Il est important de souligner que l???esprit humain conscient proc??de des informations dans l???ordre de 12 ?? 15 bitz ?? peu pr??s, ??tant donn?? que l???information proc??d??e dans l???esprit sous-conscient atteint de 70 ?? 80 millions de bitz.

LE TELETRANSPORT D???ONDES DE LA PENS??E PROC??D??ES PAR LE POINTAL ENERG??TIQUE PAR LE SYST??ME ESPACE/ TEMPS N??GATIF

Ce mod??le de l???espace/temps n??gatif est la dimension du monde ??th??r?? des ??nergies et de sa conduction et transport, qui inclut le corps ??th??r?? humain, o?? les substances qui constituent nos corps ??th??r??s vibrent ?? des vitesses plus grandes que celle de la lumi??re.
MODELOES
?? propos du ph??nom??ne de la relation de transport d?????nergies par l???appareil Pointal Energ??tique, lequel nous ??tudions, nous pouvons afirmer que l???appareil Pointal Energ??tique transporte diff??rents types d???ondes et/ou particules. Prenant comme exemple l?????nergie ??lectrique de courant altern??, nous pouvons intuir que les fr??quences envoy??es par l?????nergie ??lectrique, d?? ?? ses caract??ristiques, sont transport??es ou se manifestent selon la fr??quence et vitesse de la lumi??re ou Photon. Telle hypoth??se fait partie de l???exp??rience de Plank sur le trou noir ??? non astronomique ??? dont le fondement est dans le principe de l???Incertitude ou ce qui se d??finit comme saut quantique des particules.
Ce qui fait la codification d???informations en particules de lumi??re est justement le Principe de l???Incertitude enonc?? par le physicien allemand Werner Heinsenberg (1901-1976), entre autres, il ??tablit que, en mesurant les propri??t??s d???une particule, c???est ind??niable qu???elle soit altern??e, ainsi, si la mati??re intercepte une information au milieu du chemin, le r??cepteur peut d??tecter cette interception et l???intercepter, sachant que la communication a ??t??, de toute fa??on, monitor??e.Cela sugg??re que le t??l??transport offrirait un recours additionnel pr??cieux, il ferait les informations dispara??tre ?? un endroit et rappara??tre ?? l???autre, garantissant qu???elles n???avaient pas comment ??tre intercept??es.
Albert Einstein se r??f??re analogiquement ?? ce ph??nom??ne comme ?? Emm??lement de Particules ??, ce qui permettrait, en th??se, le t??l??transport quantique.
Un objet peut ??tre t??l??transport?? d???un endroit ?? l???autre sans m??me exister nulle part de ces deux points. Selon Nicholas Gisin, chercheur suisse, cette maxime doit choquer tous ceux qui y pensent.
Le Pointal Energ??tique proc??de, transmute et ?? T??L??TRANSPORTE DES ONDES MENTALES ??diverses, en diverses directions, d?? ?? son champ d???interaction avec les particules atomiques et sous atomiques, g??rant une plus grande concentration d?????lectrons de fr??quence mentale qui interagissent avec sa structure cristalline.
Les bases de sustentation du t??l??transport du spectre d???ondes ??lectromagn??tiques mentales sont :

1-) Le Grillage Magn??tique Plan??taire,

2-) La configuration et l???avancement de l???appareil,

3-) Le d??sir mental.

Les valeurs de ces trois bases conjointes sont bien plus ??lev??es ou extr??mement ??lev??es, donc, il se r??f??re au saut quantique de fr??quence ou oscillation de particules et sous particules quantiques, disons d???ondes, donc, les ??lectrons des ondes mentales produites dans une fr??quence de pr??s de 15 Hz peuvent ??tre t??l??transport??es par le Pointal Energ??tique. Et par cons??quent, directionn??es vers o?? nous mentaliserons le foyer de notre attention avec un degr?? de vitesse et consistance impressionantes. Tel proc??d?? peut rendre r??alit?? la conception de la Th??rapie Holographique d???Acc??s ?? l???Unit?? d???Intelligence avec totale exactitude.

CONSID??RATIONS SUR LE POSITIONNEMENT DU POINTAL ENERG??TIQUE

La sph??re de la plan??te Terre a ??t?? divis??e sur une maille imaginaire de lignes qui parcourent dans le sens longitudinal et transversal (g??od??sie syst??me mercator). La division ob??it ?? la n??cessit?? de cr??er des points d???intersection pour prendre des r??f??rences et situer des endroits g??ographiques.
Il a r??sult?? de cette initiative une division g??om??trique qui r??pond au format de la sph??re. Le syst??me mercator divise la Terre en deux lignes principales :

-la longitude 0??, partant du centre, oaxis plan??taire (P??le Nord) et l???autre qui divise la sph??re en deux h??misph??res quasi identiques, d??comptant l???aplatissement du P??le Nord. Cette ligne appel??e ??quateur est perpendiculaire au plan ??quatorial de la plan??te, inclinant ?? 23,5??.
Sur la longitude )?? GREENWICH, ?? partir du p??le Nord, sont projet??es les longitudes et sur l?????quateur, les parall??les. La Terre ??tant ronde, dans le p??rim??tre ??quatorial et utilisant 23Hs59???pour faire une rotation sur son axe, les lignes furent projet??es avec un angle de 15??, ce qui correspond ?? la valeur de la circonf??rence ??? 24 lignes 360??.
Dans le cas des longitudes, il fut donn?? une valeur angulaire continue, avec des espaces de 15??, dans le cas des parall??les, il fut donn?? la m??me valeur angulaire, mais les symboles signal??s (+) et (-), selon l???h??misph??re.

Cette conception ou convention est purement conventionnelle, puisque le centre o?? la plan??te est le plus ??quidistante de son NOYAU FERRO-CRISTALLIN, est situ?? dans le parall??le + 30 H??misph??re Nord ??? ?? ce point, les forces gravitationnelles sont plus stables.
Si nous observons au cours de l???histoire de notre plan??te, ?? partir du moment o?? des civilisations extraterrestres auraient commenc?? leur programme de recherches, nous pouvons observer qu???elles ont toujours cherch?? ?? s?????tablir proche de ce parall??le.
C???est pour cette raison que les grands moments qui datent de temps tr??s anciens sont plant??s sur ce parall??le ou proche.
Du point de vue d???une science tourn??e vers une vision uniciste de l???univers et utilisant les ??l??ments d???astrophysique ancienne et moderne, nous pouvons conclure que certaines r??gions de la Terre s???alignent avec des quadrants de l???Univers duquel elles re??oivent l???influence, ainsi que beaucoup d???endroits de la plan??te sont co??ncidents avec des lignes Paralaxe d?????toiles qui font partie d???agglom??rations ?? constellations qui autrefois interagirent avec la plan??te et notre race, comme expliqu?? ci-dessus.

Le Pointal Energ??tique se situe dans un concept scientifique technologique d???une intelligence extraterrestre provenant des Hyades, qui s??rement, interagissent avec notre plan??te il y a des milliers d???ann??es et le font ?? pr??sent d???une forme mentale, quoiqu???on ne puisse afirmer en quel moment est faite la connexion psychique avec eux, si du pass??/pr??sent ou du futur/pr??sent ou du pr??sent/pr??sent.

Quel que soit le momentum, le Pointal Energ??tique ob??it ?? une coordonn??e cosmique, o?? l???esprit est la prise, et seulement la fr??quence de l???AMOUR ??mise par notre champ c??r??bral quand nous la sentons, est la cl?? que le branchera.

HIADES

L???appareil a son origine dans le quadrant o?? se situe la constellation des Hyades, avec un ??ge estim?? par les astrophysiciens ?? 660 millions d???ann??es, ??tant un des plus anciens agglom??r??s ?? notre alentour. Les Hyades font partie de la constellation de Taureau, elles sont proches des ??toiles de Aldebaran et voisines de la constellation de Orion.

Donn??es essentielles des Hyades

d??couverte (connue d??s la pr??-histoire)
autres noms : Melette 25 ??? Collinder 50
constellation : Taurus
ascension droite : 4 heures 27 minutes
d??clinaison : + 16??
distance : 151 ann??es-lumi??re
magnitude visuelle 0,5
dimensions apparentes : 330 minutes d???arc
??ge : ~660 millions d???ann??es

Une marque r??cente (1998) dans le r??sultat de la science des ??toiles vient avec une description compl??te et pr??cise du Groupement des Hyades avec plus de 200 ??toiles, mesur??es par l???Agence Spatiale europ??enne Hipparcos. Avec la possiblit?? de cette observation ??tre vaincue par la distance, on peut analiser un ensemble historiquement important d?????toiles jusqu????? pr??sent connu un peu plus que 1%, o?? sont mises les th??ories de l?????volution des ??toiles comme un tout et finalement, avec une base un peu plus sure.
Des groupements d?????toiles sont cruciaux pour comprendre les vies des ??toiles ?? tous les endroits de l???Univers, parce que tous les ensembles d???un groupement se sont form??s en m??me temps et des m??mes mati??res-premi??res. Les astrophysiciens peuvent ?? voir ??comment l?????volution de chaque ??toile d??pend de sa masse et composition chimique. Plus l?????toile est lourde, plus intens??ment, elle brule et plus vite elle consomme son combustible termonucl??aire. Mais la pr??cision de ces th??ories est tr??s limit??e jusqu????? pr??sent par des inexactitudes dans les observations.
Les ensembles plus lumineux des Hyades sont visibles ?? l???oeil nu, plus avec des jumelles, et forment justement le dessin tridimensionnel des cristaux du Pointal Energ??tique ; ils sont dans la constellation de Taurus, comme groupements plus proches d?????toiles, ils sont moder??ment riches en luminosit??. Les Hyades ont somm?? de grandes discussions entre astrophysiciens pendant plus d???un si??cle. Toujours avec des r??sultats contradictoires par rapport ?? la distance du groupement des ??toiles, ce qui laisse g??n??ralement de grands points d???interrogation. Diverses th??ories et hypoth??ses furent lev??es et m??me de r??centes observations avec le Hubble Telescope Spatial, ne firent qu???approfondir encore plus le myst??re.
C???est alors que quelques astronomes de ESA, Observatoire de Leiden, de l???Observatoire Paris/Meudon, de l???Universit?? de Lausanne et de l???Observatoire de la C??te d???Azur, ont joint leurs efforts et ont r??solu d???analiser pratiquement toutes les donn??es disponibles des groupements des Hyades et qui ??taient, en grande partie, accumul??s dans des archives d???ordinateurs et qui avaient ??t?? envoy??s par le satellite Hipparcos.
Apr??s d???ext??nuantes ??tudes, calculs et d??ductions, ils ont publi??, alors, tous les r??sultats de leur recherche, avec des avis tr??s conclusifs et in??dits sur les Hyades, dans le Journal Europ??en d???Astronomie & Astrophysique, en mars 1998.
Quelques conclusions furent : surtout sur la r??elle distance du centre du groupement des Hyades, qui est de 151 ann??es-lumi??re (46.34 parsecs) avec un doute de moins d???une ann??e-lumi??re (0.27 parsec). Les astronomes ont pu dater la naissance des Hyades en pr??s de 625 millions d???ann??es en arri??re. Selon les astronomes, th??oriquement,ici sur la terre, il n???existe que des syst??mes bien primitifs de vie, probablement la vie serait encore submerg??e dans ?? l???Eau ?? !
Ce qui a permis et permet, th??oriquement, la survivance des Hyades pendant si longtemps, est justement le mod??le de ?? groupement ??.
Paradoxalement, les ??toiles individuelles de Hyades sont jointes, comme un ?? tout ??. Tels groupements ou ensembles assument une forme de r??ponse semblable ?? celle d???une ?? ??toile individuelle ??comme si elles ??taient individuelles dans le TOUT et les ??toiles individuelles agissent comme si elles ??taient le ?? propre groupement en TOUT ??entour??es par la gravit?? du groupement ; ses mouvements collectifs et individuels furent analis??s par le satellite Hipparcos.
De nouveau, une connexion impressionante avec le principe Herm??neutique ??? le principe du mentalisme, qui pr??conise :
L???Esprit du ?? TOUT ??est en son esprit et son esprit est dans l???esprit du ?? TOUT ?? !
De nouveau, une autre connexion impressionante avec le Syst??me Param??tre des Cristaux qui nous dit :
?? Le degr?? de sym??trie d??termine et indique la somme des divers ??l??ments comme : plans, axes et centre, typiques de chaque classe, o?? les constantes cristalographiques de chaque classe fournissent la base de son ?? GROUPEMENT EN SYST??MES ?? ; chaque syst??me inclut les classes qui ont le m??me syst??me d???axes et la m??me raison param??trique ??.
Le r??sultat est un filme3-d orbital du groupement : une animation qui est disponible dans Internet (voir plus loin). http://astro.estec.esa.nl/Hipparcos/hyades.html
Des groupements p??riph??riques peuvent ??tre observ??s qui partagent le m??me mouvement g??n??ral et simultan?? ?? l???ensemble des Hyades, tandis que d???autres groupements sont rejet??s pour des raisons de distance ou trace. Les mouvements internes dans les groupements, r??v??l??s par Hipparcos sont presque imperceptibles. Des ??toiles relativement volumineuses s???enfoncent vers le centre de gravit?? du groupement. Quelques autres ??toiles, cependant, quittent lentement les Hyades, tandis que d???autres s?????vaporent ?? lentement ?? dans le champ gravitational du groupement comme r??sultat de collisions entre elles et la proximit?? du groupement.
Th??orique, des syst??mes galactiques inimaginablement volumineux furent attir??s de quelque forme gravitationnelle vers les Hyades, o??, ?? travers ces rencontres gravitationnelles, les groupements se seraient form??s.
En d??chiffrant une Pierre de Rosetta :
?? Le groupement de Hyades a assum?? presque le r??le de la Pierre de Rosetta de l???astronomie ??? commenta le Prof. Michael Perryman de la Division d???Astrophysique de ESA ?? Noordwijk ??? Pays-Bas, qui est l???auteur de vangarde dans l?????tude des Hyades ??
Cela nous permet de d??chiffrer plusieurs des myst??res des ??toiles, mas jusqu????? pr??sent, les incertitudes dans les observations ont laiss?? tout tr??s n??buleux et de difficile lecture de confiance. Disons qu????? pr??sent, nous arrivons ?? ??claicir cette Pierre de Rosetta au point de la lisibilit?? compl??te.
La distance des Hyades a toujours donn?? des r??sultats incompatibles. Des estimatives qui confiaient dans les mouvements du groupement des ??toiles exag??rait la distance, ?? cause de petites erreurs syst??matiques utilis??es dans le syst??me de r??f??rences d?????valuation bas??s sur le mouvement de la Terre. Quand les astronomes tent??rent mesurer les distances des ??toiles directement ?? travers le parallax (changement de positions apparentes comme l???orbite de la Terre autour du soleil), de petites diff??rences syst??matiques dans les d??terminations ??taient toujours rencontr??es, donc, telle m??dition menait ?? une distance calcul??e typiquement moindre.
De l???espace, le satellite Hipparcos a donn?? son point de d??partage. C???est alors que nous avons obtenu beaucoup de meilleurs parallaxes des mouvements stellaires et qui, ensemble, ajust??rent une description parfaitement consistante et conclusive sur la distance des Hyades.

La distance des Hyades est aussi le point de d??part pour les mesures de distances astronomiques qui s?????tendent le long de notre galaxie, la Voie Lact??e et au del??.
Leur mesure pr??cise devra ??tre bient??t imprim??e dans la presse, alors, dans la balance des distances globales et de l?????ge de l???Univers qui a d??j?? ??merg?? comme aires saillantes de recherche.

Pour plus de d??tails sur la mission de Hipparcos, acc??dez au site: http://astro.estec.esa.nl/Hipparcos
Et voyez une animation en 3-D des Hyades.
Cosmo Fernando Pacetta
16/02/2003 – 5:12am
Fontes pesquisadas:
1) G. Brocardo, Pedras Preciosas – Ed. Siciliano.
2) Richard Gerber – Medicina Vibracional – Ed. Cultrix.
3) Victor Mattos – Medicina Qu??ntica – Ed. Corpomente.
4) B??rbara Ann Brennan – M??os de Luz – Ed. Pensamento.
5) Jacques la Maya – Medicina da Habita????o – Ed. Rocco
6) Revista Engenharia n?? 552/02 – Experi??ncias em medi????o dos Campos Eletromagn??ticos.
7) O Caibalion – Ed. Pensamento.
8) Humberto Rohden – Einstein , O Enigma do Universo – Ed. Alvorada.
9) Stephen Hawking – O Universo numa Casca de Noz – Ed. Mandarim.
10) Jos?? Carlos Franco de Carvalho – S??ntese Completa da T.G.F.Q.